Bruno Devauchelle : Une place pour l’usage ordinaire du numérique ?

Ce qui crée un trouble dans l’analyse du développement du numérique en éducation c’est que l’on survalorise les expérimentations/innovations par rapport aux pratiques ordinaires. La médiatisation des faits tend à encourager cette survalorisation : on parle des évènements rares et pas de ceux qui sont fréquents et ordinaires (hormis pour les « marronniers », ces moments de l’année pour lesquelles les médias ne peuvent que faire un pseudo évènement : rentrée des classes, arrivée de l’hiver etc.). Et pourtant les pratiques ordinaires sont beaucoup plus nombreuses que ces pratiques qui font l’objet de tant de reportages et autres articles de presse. Même les chercheurs du domaine s’y laissent attirer (il y a des budgets à la clef…) prompts qu’ils sont parfois à se jeter sur les dernières nouveautés pour en faire un article (même s’il est de piètre qualité) qui fera la une de la presse et qui valorisera son auteur. Certains « spécialistes » mêmes ont fait de cette manière de faire une façon de vivre, surfant de modes en modes, de nouveautés en nouveautés.

Source: www.cafepedagogique.net

See on Scoop.itMITIC (Média Images et Technologie de l’Information et de la Communication) dans le monde de l’éducation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s